02 5 / 2013

image

À ceux qui en doutaient encore, le dualisme numérique est un fantasme erroné et dangereux. Paul Miller (@futurepaul) en donne une belle preuve. Croyant qu’il trouverait son “vrai moi” en se déconnectant d’Internet pendant un an, il s’est perdu. Il a perdu les autres. Il a perdu Autrui. Aujourd’hui, il le raconte pour The Verge (qui a bien orchestré le buzz de l’expérience depuis le début), il est de retour sur Internet et ses paroles sonnent comme de belles vérités vécues, qui confirment ce que quelques uns d’entre nous savent déjà et défendent ardemment : il n’y a pas de différence entre le réel et le virtuel.

La preuve par la parole. Florilège. En anglais.

"I’m still here: back online after a year without the internet."

"But without the internet, it’s certainly harder to find people."

"I can tell you that a ‘Facebook friend’ is better than nothing."

"This March I went to, ironically, a conference in New York called Theorizing the Web. It was full of post-grad types presenting complicated papers about the definition of reality and what feminism looks like in a post-digital age, and things like that. At first I was a little smug, because I felt like they were dealing with mere theories, theories that assumed the internet was in everything, while I myself was experiencing a life apart. But then I spoke with Nathan Jurgenson, a ‘net theorist who helped organize the conference. He pointed out that there’s a lot of “reality” in the virtual, and a lot of “virtual” in our reality.”

"My plan was to leave the internet and therefore find the "real" Paul and get in touch with the "real" world, but the real Paul and the real world are already inextricably linked to the internet."

"Not to say that my life wasn’t different without the internet, just that it wasn’t real life."

"But the internet isn’t an individual pursuit, it’s something we do with each other. The internet is where people are."

Vérité de Paul Miller. Fausseté de Sherry Turkle et Nicholas Carr. CQFD.

Source : The Verge

16 4 / 2013

Le design, esthétique de l’objet ? Entretien sur France Culture avec Adèle van Reeth dans “Les Nouveaux Chemins de la Connaissance”, le 16 avril 2013.

02 4 / 2013

Le design de notre expérience à l’heure de la révolution numérique. La vidéo de ma conférence au WIF 2012 est désormais disponible. C’était le 30 mai 2012, à Limoges.

17 3 / 2013

image

Samedi 2 mars 2013, j’ai fait une présentation à New York dans le cadre de la conférence internationale Theorizing the Web. Organisé par Nathan Jurgenson (@nathanjurgenson) et PJ Rey (@pjrey) [oui, moi aussi, je me demande quel est son véritable prénom], tous deux doctorants en sociologie à l’Université du Maryland (Washington, D.C.), l’événement se tenait dans les locaux de l’École Doctorale (The Graduate Center) de l’Université de la Ville de New York (CUNY), sur la Cinquième Avenue, à Manhattan. Un cadre prestigieux et parfaitement équipé (aucun problème de Wi-Fi), qui a favorisé des échanges de grande qualité.

Lire la suite sur Technophilosophy

01 3 / 2013

Ouverture de la conférence “Théoriser le Web 2013” à New York
Comme certains le savent, je suis speaker ce week-end à la City University of New York dans le cadre de la conférence Theorizing the Web. Cette conférence dure deux jours, ce vendredi 1er et ce samedi 2 mars 2013. Le premier jour, c’est l’ouverture avec les speakers invités, notamment Danah Boyd (dont la table ronde commence à minuit et demi heure de Paris ce soir). Le second jour, c’est-à-dire demain, samedi, 44 participants du monde entier se succèdent simultanément dans plusieurs salles et sous plusieurs thématiques. Début du premier talk ce soir à 22h30 heure de Paris, à voir comme tous les autres sur le video live stream.
Pour ceux que ça intéresse, mon intervention aura lieu demain, samedi 2 mars 2013, entre 18h30 et 19h45 heure de Paris, dans le cadre de la session 2 (room D) consacrée au dualisme numérique du réel et du virtuel. Mon intervention s’intitule "Il n’y a pas de différence entre le réel et le virtuel : une brève phénoménologie de la révolution numérique". 
Pour ceux qui voudraient twitter et réagir en direct, suffit de placer les hashtags #TtW13 #d2 pour ce qui concerne mon panel, sinon #TtW13 seul si c’est relatif à l’ensemble de l’événement.
Live vidéo des deux journées : lien direct 

Ouverture de la conférence “Théoriser le Web 2013” à New York

Comme certains le savent, je suis speaker ce week-end à la City University of New York dans le cadre de la conférence Theorizing the Web. Cette conférence dure deux jours, ce vendredi 1er et ce samedi 2 mars 2013. Le premier jour, c’est l’ouverture avec les speakers invités, notamment Danah Boyd (dont la table ronde commence à minuit et demi heure de Paris ce soir). Le second jour, c’est-à-dire demain, samedi, 44 participants du monde entier se succèdent simultanément dans plusieurs salles et sous plusieurs thématiques. Début du premier talk ce soir à 22h30 heure de Paris, à voir comme tous les autres sur le video live stream.

Pour ceux que ça intéresse, mon intervention aura lieu demain, samedi 2 mars 2013, entre 18h30 et 19h45 heure de Paris, dans le cadre de la session 2 (room D) consacrée au dualisme numérique du réel et du virtuel. Mon intervention s’intitule "Il n’y a pas de différence entre le réel et le virtuel : une brève phénoménologie de la révolution numérique"

Pour ceux qui voudraient twitter et réagir en direct, suffit de placer les hashtags #TtW13 #d2 pour ce qui concerne mon panel, sinon #TtW13 seul si c’est relatif à l’ensemble de l’événement.

Live vidéo des deux journées : lien direct 

07 2 / 2013

image

Dans une communication présentée au premier Symposium de recherche sur le design tenu à la HGK de Bâle sous les auspices du Swiss Design Network les 13-14 mai 2004, Alain Findeli propose une vision claire et salvatrice des différents modèles de recherche en design. 

Afficher davantage

09 12 / 2012

image

Paris, le 21 novembre 2012, en Sorbonne.

#1 Présentation

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les membres du jury,

Je tiens tout d’abord à vous remercier de l’intérêt que vous avez bien voulu porter à mon travail, en prenant part à ce jury et en me permettant de soutenir cette thèse de doctorat. 

Afficher davantage

07 12 / 2012

Aujourd’hui, un début de discussion intéressant sur Twitter entre Clément Gault (@designrecherche) et moi (@svial), qui méritait un peu de publicité pour tous ceux qui, dans le monde (institutionnel) du design franco-français, ont été “décontenancés” (Azimuts, n°36, p. 434) par mon Court traité du design (PUF, 2010). Explications.

Afficher davantage

06 12 / 2012

image

Aujourd’hui, sur Écrans, un site de Libération.fr, Serge Tisseron publie une tribune intitulée “Le droit à l’oubli sur Internet : une idée dangereuse”. J’aime beaucoup le travail de Serge Tisseron, qui a été pour moi comme pour toute une génération de jeunes chercheurs sur le numérique une source riche d’enseignements.

Néanmoins, je crois que, dans cet article, Serge Tisseron se trompe. Ce qui me dérange, ce n’est pas tant la thèse (troublante) de l’article selon laquelle il ne serait pas nécessaire de pouvoir effacer des données sur Internet (d’ailleurs, c’est parfaitement possible, et ce, depuis les origines du Web), mais plutôt les arguments qui sont employés pour soutenir cette thèse, et qui me semblent s’inscrire dans une vision-conception du numérique ancrée dans le modèle aujourd’hui dépassé du “virtuel”.

Afficher davantage

24 10 / 2012

Dans le magazine Victoire du vendredi 20 octobre 2012, le luxueux supplément du quotidien belge “Le Soir”, retrouvez un bel article sur la “Philo du design” dans lequel Julie Luong, qui a lu attentivement mon Court traité du design (une journaliste qui fait réellement son travail), fait la part belle à mes modestes hypothèses en matière de philosophie du design. Merci à elle. L’article est reproduit en ligne sur le site du journal “Le soir”. Cliquez ici pour le lire

Dans le magazine Victoire du vendredi 20 octobre 2012, le luxueux supplément du quotidien belge “Le Soir”, retrouvez un bel article sur la “Philo du design” dans lequel Julie Luong, qui a lu attentivement mon Court traité du design (une journaliste qui fait réellement son travail), fait la part belle à mes modestes hypothèses en matière de philosophie du design. Merci à elle. L’article est reproduit en ligne sur le site du journal “Le soir”. Cliquez ici pour le lire

19 10 / 2012

Vous êtes les bienvenus vendredi prochain, 26 octobre 2012, dans le très bel Imaginarium de Tourcoing pour la première journée du concours-colloque “Design For Change”, où j’interviendrai aux côtés de Gaetano Pesce, invité d’honneur, sur la question “Qu’est-ce que le design ?”. Plusieurs tables rondes se succéderont, sur des thèmes tels que l’agriculture urbaine, les ambiances, le droit à la différence.
Voir le programme détaillé

Vous êtes les bienvenus vendredi prochain, 26 octobre 2012, dans le très bel Imaginarium de Tourcoing pour la première journée du concours-colloque “Design For Change”, où j’interviendrai aux côtés de Gaetano Pesce, invité d’honneur, sur la question “Qu’est-ce que le design ?”. Plusieurs tables rondes se succéderont, sur des thèmes tels que l’agriculture urbaine, les ambiances, le droit à la différence.

Voir le programme détaillé

06 9 / 2012

Aujourd’hui, j’ai officiellement déposé à l’université Paris Descartes le manuscrit de ma thèse de doctorat en philosophie. Elle s’intitule La structure de la révolution numérique et tente de proposer une nouvelle approche en philosophie de la technologie. Je peux dire qu’à mes yeux, je n’ai à ce jour rien écrit de mieux. Reste à savoir ce qu’en pensera le jury. La soutenance aura lieu cet automne à la Sorbonne. J’espère qu’elle pourra être publiée rapidement afin d’en discuter et d’en débattre avec vous.

Aujourd’hui, j’ai officiellement déposé à l’université Paris Descartes le manuscrit de ma thèse de doctorat en philosophie. Elle s’intitule La structure de la révolution numérique et tente de proposer une nouvelle approche en philosophie de la technologie. Je peux dire qu’à mes yeux, je n’ai à ce jour rien écrit de mieux. Reste à savoir ce qu’en pensera le jury. La soutenance aura lieu cet automne à la Sorbonne. J’espère qu’elle pourra être publiée rapidement afin d’en discuter et d’en débattre avec vous.